A la une

Fusion des intercommunalités : Les Maires étudient toutes les pistes

La loi NOTRe (pour « Nouvelle organisation territoriale de la République ») votée le 7 août 2015 impose aux intercommunalités de moins de 15 000 habitants de fusionner avec une autre afin de dépasser ce seuil limite. Avec ses presque 30 000 habitants, la Communauté de communes Eure Madrie Seine n’est pas concernée par cette obligation de rapprochement et bénéficie donc d’une situation privilégiée de pouvoir être décisionnaire de son avenir. Cependant, les démarches engagées par les autres communautés d’agglomérations et communautés de communes de l’Eure ont amené les Maires de la CCEMS à réfléchir aux différentes pistes qui s’offrent à eux.
Soucieux de l’avenir de leur collectivité et réunis autour de Catherine Meulien (Présidente de la CCEMS) en conférence des maires (organe de réflexion composé des maires des 23 communes du territoire), jeudi 1er octobre, les élus ont étudié la carte présentée en réunions de la Commission Départementale de la Coopération Intercommunale (CDCI) présidée par René Bidal, Préfet de l’Eure.

Avec sa population, ses 40 millions d’euros de budget, sa situation géographique au coeur de l’Axe Seine (qui traverse 7 communes), avec l’Autoroute A13 (double échangeur gratuit à Saint-Aubin-sur-Gaillon), la gare d’Aubevoye-Gaillon permettant une desserte de la ligne SNCF Paris-Rouen-Le Havre, le territoire Eure Madrie Seine présente un potentiel de développement économique et touristique important. A cela s’ajoutent la vallée d’Eure, le château de Gaillon ou encore l’opportunité de quais fluviaux touristiques et de loisirs, voire même logistiques. Autrement dit, les élus du territoire ont bien conscience de l’attrait de leurs communes. C’est pour cela qu’ils entament une réflexion sur les orientations à prendre. Les Maires souhaitent donc étudier les différentes opportunités qui s’offrent à eux.

Une situation privilégiée
Entourée par les trois agglomérations du département de l’Eure, quatre pistes logiques se dégagent pour la CCEMS :

  • un regroupement avec la Communauté d’Agglomération des Portes de l’Eure (Vernon et ses alentours et à terme Communauté de communes des Andelys et ses Environs et celle d’Epte Vexin Seine),
  • un regroupement avec la Communauté d’Agglomération Seine Eure (Louviers et son agglomération),
  • un regroupement avec le Grand Évreux Agglomération
  • le maintien du périmètre actuel.

Les Maires pensent avant tout à l’intérêt de leur territoire, de leur population et de l’avenir de leur fiscalité et de leurs compétences. Ils vont donc étudier les différentes caractéristiques de leurs voisins afin de se positionner pour l’un de ces quatre scénarios. Le choix reviendra dans tous les cas aux conseils municipaux des 23 communes. Un bureau d’études accompagne les communes et la CCEMS dans cette réflexion.
« Nous avons une position stratégique entre les trois agglomérations. Nos discussions doivent être sans préjugé, sans parti pris. J’ai constaté une grande volonté d’ouverture d’esprit des Maires de la CCEMS. Ils m’ont demandé que les études soient les plus abouties possibles afin qu’ils puissent se positionner » explique Catherine Meulien. La Présidente de la CCEMS entend porter la voix des maires de son territoire pour que l’avenir des 23 communes qui le composent réponde à leurs attentes et à ceux de leurs concitoyens.

Quatre pistes sont étudiées par les Maires et élus pour l'avenir du territoire de la CCEMS

Quatre pistes sont étudiées par les Maires et élus pour l’avenir du territoire de la CCEMS (Photo Francis Cormon)


Laissez un commentaire


Communauté de Communes Eure Madrie Seine © 2012
21, rue de Tournebut BP 20 27940 AUBEVOYE - Tél. 02 32 53 87 00


Communauté de Communes
Eure Madrie Seine © 2012
21, rue de Tournebut BP 20 27940 AUBEVOYE
Tél. 02 32 53 87 00